Femmes du Monde

Par défaut

La journée des droits de la femme a lieu le 8 mars dans de nombreux pays du monde.

Nous avons donc décidé de mettre en avant sur le blog une femme combative et forte de nos pays d’origine, d’hier ou d’aujourd’hui.

 

Deyanira Corzo, par Stephany de Colombie

Malgré la culture machiste bien enracinée qui est encore présente dans mon pays, la Colombie nous montre au long de son histoire un bon nombre de femmes importantes dans différents domaines. Par exemple, Shakira, Mariana Pajon, Isabel Urrutia, Angela Becerra, etc. Bien que Shakira soit vraiment reconnue par son indubitable succès autour du monde grâce a sa beauté et son talent pour danser et chanter (talent qui a mon avis était mieux avant) et même si on entend Shakira à la radio de l’autre côte du monde, elle est n’est pas la Colombienne la plus importante de mon pays comme on pourrait le croire.

Comme je disais avant, il y a plus d’exemples. C’est le cas de Deyanira Corzo, docteur, pédiatre, et génétiste. Chercheur qui a travaillé fortement contre la maladie de Pompe, en effet, elle est considérée comme une des expertes universelles par rapport à la maladie, maladie neuro-musculaire héréditaire assez rare encore. Maintenant, elle est la leader de Genzyme Corporation, un centre éminent de recherche en génétique; et elle est aussi professeure de médecine à l’université de Harvard.  Elle a été choisie comme une des femmes modèles pour le conseil Britannique « Mass High Tech », en 2007.

 

Sabiha Gokçen, par Omer de Turquie

Résultat de recherche d'images pour "sabiha gokcen"

Elle est née à Bursa en Turquie en 1913. Elle est la première  femme  Turque pilote. Elle a volé pendant près de 28 ans, jusqu’en 1964. Elle a fait plus de 10000 heures de vol sur 15 types d’avions. Elle a volé dernière fois en 1996 à 83 ans. L’un des 20 aviateurs qui connue de l’histoire mondial de l aviation.  Elle est morte en 2001. Le deuxième aéroport à Istanbul porte son nom.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "sabiha gokcen hava alani"

 

 Francisca Carrasco Jiménez, par Arianne du Costa Rica

Elle était connu comme « Pancha Carrasco ». Elle est devenue politicienne quand le Costa Rica a été attaqué  par les étrangers.  C’était une héroïne costaricienne.

Pendant la guerre elle aidait les malades, cuisinait, et faisait le recensement des blessés et des morts. C’est la seule femme qui a combattu dans les batailles de Santa Rosa et de Rivas. Elle a participé à la stratégie de la « Prise du Canon » qui fut très importante pour obtenir la victoire.

 

Gisele Bündchen, par Silvio du Brésil

Résultat de recherche d'images pour "gisele bündchen jeune"

Gisele est mère, une super protectrice de la nature et encore l’un des modèles les mieux payées au monde. Possédant une personnalité forte et combative, elle a commencé à défiler en huitième année, et à 20 ans, elle a été élue Femme de l’année par le magazine de mode Vogue.
Gisele est bien plus qu’un exemple de beauté, la Brésilienne est un exemple d’une personne « du bien ».

Elle travaille dur pour promouvoir des campagnes contre le VIH, contre la faim et pour la recherche de la préservation des ressources naturelles de notre planète. Une vraie héroïne.

 

 

Nathalie Lemel, par Floria de Bretagne en France

 

La Brestoise Nathalie Lemel est l’une des principales actrices de la Commune de Paris en 1871, période insurrectionnelle de l’histoire de Paris. Elle fait partie des grévistes opposée à la politique du Second Empire. Elle se fait rapidement remarquer par son exaltation et son combat pour le droit des femmes et la parité des salaires hommes/femmes. Sur cette période, elle mit en place L’Union des femmes pour la Défense de Paris. Ouvrière, féministe et révolutionnaire Bretonne, elle n’hésita pas à prendre les armes et monter sur les barricades, avant d’être arrêtée et condamnée à la déportation et au bagne en Nouvelle-Calédonie aux côtés de Louise Michel.

Il lui faut attendre la loi d’amnistie de 1880 pour qu’elle soit  libérée et puisse revenir en métropole. Elle trouve un emploi au journal L’Intransigeant et poursuit la lutte pour la condition féminine.

 

 

 

Publicités

« Elle et Seules » Solitude des femmes parlons en!

Par défaut

Au mois de mars, le Centre Social Carrefour 18 a accueilli l’exposition « Elle et seules » de l’Action catholique des femmes . Une exposition sur la solitude et l’isolement des femmes. En cliquant vous aurez accès au site de l’Action catholique des femmes et à toutes les photos de l’exposition.

 

Dans le cadre de l’atelier blog d’Ordilangue, nous avons visité l’exposition et les participants de l’atelier ont choisi la photo qui leur parlait, les touchait ou parfois les bousculait le plus. Voici leur sélection :

 

Arianne « Je n’ai pas sorti la porcelaine »

J’ai choisi cette photo parce que je l’ai trouvé très intéressante, je pense que le photographe a bien réussi a faire prendre conscience d’une réalité qui existe, et que beaucoup d’entre nous ignorons. L’isolement peut causer la dépression, l’angoisse et l’anxiété. Je crois qu’on doit comme société prendre conscience sur cette problématique, et chercher les manières de nous rapprocher de ces personnes.

Ces personnes peuvent être des membres de nos familles ou bien nos voisins, une visite peut leur faire plaisir!

 

 

 

Stephany « Prison dorée. Est-ce que j’ai le choix? »

Pour l’exposition de femmes et la solitude, j’ai choisi la photo numéro 9. Elle s’intitule « Prison dorée. Est-ce que j’ai le choix? ». La photo montre la partie derrière d’une femme qui porte sa chemise de nuit, elle marche sur une couloir de un hôpital.

Malgré la photo qui est un peu floue, je l’ai choisie car son message est vraiment puissant. En fait, la première fois que je l’ai vue je n’ai pas su si la photo était floue ou si j’avais les larmes aux yeux.

D’après moi, elle ne veut pas montrer seulement la solitude mais aussi l’abandon. Je ne pouvait pas voir le visage de la femme qui apparait dans la photo, mais elle me rappelle les visages des personnes âgées auxquelles je rendais visite dans les maisons de retraite avec mes parents quand j’étais petite. Ces personnes-là me racontaient comment leurs familles les avaient oubliés là. Bien qu’elles n’exprimaient pas avec des mots la solitude, la tristesse et même la désespoir qui habitaient dans leur cœurs, on pouvait percevoir qu’elles avaient besoin de câlins et de mots doux. Ensuite, j’ai pensé que nous pouvions être très méchants même avec nos familles, les personnes les plus proches à nous, ces personnes comme nos parents ont investi leur temps, leurs câlins et le meilleur d’eux mêmes.

 

 

 

Omer « Où es-tu quand j’ai mal? »

J’ai choisi cette photo, parce que elle montre la solitude. Les patients sont seuls dans l’hôpital. Ils attendent quelqu’un pour parler de quelque chose. Mais ils ne trouvent personne  cela me rend triste.

 

 

Silvio « Oser faire le pas pour sortir de la solitude. »

Parfois la vérité c’est dur, mais après avoir constaté le problème nous devons agir, oublier le problème et chercher des solutions. Quand j’ai visité l’exposition de photos à Carrefour 18, j’ai vu beaucoup d’images qui illustrent la solitude des femmes âgées. C’est vrai, c’est une réalité mais je pense que nous ne devons pas focaliser sur le problème mais sur la solution et la solution je l’ai trouvée sur une photo:

 

 

 

 

 

 

Ce matin j’ai chanté…

Par défaut

Une fois encore ce lundi, Ordilangue était invité par l’Espace Lecture pour accompagner les bébés et leurs mamans sur la chanson « La Tendresse » de Bourvil, un texte que le groupe avait étudié dans la salle d’Ordilangue les 2 lundis précédents.

Un moment évouvant qu’ils partagent avec vous dans les textes ci-dessous ! Pour voir la vidéo cliquez ici et

Merci à Corinne et Perrine de la compagnie Dicila pour leur jolies voix et leurs sons d’accordéon et bonne chance pour les présentations publiques des 3 et 8 mars prochain!

 

Omer

« C’est génial, on a chanté des langues différentes avec des amis. On a connu différentes cultures. On a ramassé le thé avec « Heyamo » dans les montagnes mer noir. Après, on a écouté hymne aux mères de pays d’Afrique « Mbele mama ». Et on a chanté ensemble « La Tendresse » en étant accompagne par un accordéon. »

Fatoumia

« Aujourd’hui j’aime encore plus carrefour 18! On nous a fait chanté de très belles chansons comme « La Tendresse » de Bourvil avec d’autres chansons, un chant italien, une chanson laze et un air traditionnel d’Afrique, « Mbele Mama » etc…

C’était si beau en chantant! J’étais à l’aise je me santais bien je n’étais pas gênée pour la première fois de ma vie devant toute le monde. Je suis toujours timide mais là je n’étais pas du tout gênée ni timide, ou contraire j’étais vraiment à l’aise surtout grâce aux musiciennes. J’étais émue, merci Ordilangue merci Carrefour 18 de nous avoir fait participé au magnifique projet Soror de la Compagnie Dicila.  RDV le 3 mars Place de la Mairie pour la foule de voix en chanson! »

Stephany

« Ce petit extrait veut répondre à la question de comment nous nous sommes sentis en chantant aujourd’hui? Je me permets donc d’ecrire que je suis très contente de faire partie de ce type d’activités.
Comme partie de notre apprentisage du Francais Langue Etrangère, j’ai trouvé vraiment agréable de chanter dans un chœur accompagnée de l’accordéon. Les sourires de tous, les jolies paroles de « La Tendresse » et des autres chansons en italien et dans une autre langue que je ne connaissais pas, m’ont donné un sentiment de joie. En plus, je pourrais dire que je me suis sentie très à l’aise et que j’ai éprouvé de la tendresse en chantant à côté des enfants et des mères de famille comme aide à un programme d’éveil musical. Enfin, j’ai pris du plaisir à apprendre quelques gestes en langue des signes. »

PAPY

« Une fois de plus  ce 19 février 2018 à 10heures,  les Blogueurs  d’ Ordilangue de Carrefour 18, sont descendus  faire vibrer au sein du centre pour chanter  des chansons telles que: Mbele Mama, Heyamo et Entendez. Cela dans la cadre de la séance tralalere dans l’ Espace lecture.

Comme je l’ai souligné un peu plus loin, pour le Blog d’Ordilangue , s’est devenu une coutume; et il restera dans ses bonnes habitudes.

Nous avons décortiqués et mis en place une équipe avec de voix angéliques pour chanter la chanson « LA TENDRESSE ».

Nous avons aussi appris comment chanter avec des signes. En plus de cela, nous avons appris la langue italienne pendant 10 minutes waouuuuuuh! »

Arianne

« C’était amusant, on a chanté en français, en italien et dans d’autres langues. On a aussi fait des signes de la langue des signes pendant qu’on chantait, j’ai trouvé ça chouette. Je pense que ce type d’activités me fait du bien, c’est important d’extérioriser et en chantant c’est une bonne manière de le faire.

J’étais contente de partager avec mes camarades et les plus petits. Même si je ne suis pas une bonne chanteuse et que je ne savais pas les paroles des chansons, ce n’était pas un inconvénient pour passer un bon moment. J’espère qu’on répétera ce type d’activités, c’est une autre façon d’apprendre la langue et on apprécie. »

Carmen

« Aujourd’hui j’ai reçu une invitation pour participer dans votre cours de français, mais j’ai trouvé une expérience complètement différente. Je suis entrée dans une pièce où il y avait beaucoup des personnes en train de chanter, il y avait aussi des enfants qui était amusés par la musique. Malheureusement j’ai juste écouté la dernière chanson, mais c’est une expérience agréable, parce qu’il y avait des mouvements avec les mains et l’énergie de toutes les personnes présentes était vraiment vivante ; de plus j’ai trouvée la chanson très sympa. On se dit que la musique est la langue de l’âme et malgré la chanson n’était pas en ma langue maternelle j’ai pu la ressentir. »

 

TZA 2018: Entre couleurs et BD

Par défaut

Cette année, comme contribution au festival des

Talents Z’Anonymes du Centre Social Carrefour 18

et afin de mettre en avant la multiculturalité de notre atelier Ordilangue,

nous avons créé des panneaux sur lesquels on devait expliquer les couleurs

des drapeaux de nos pays.

 

Je vous invite à voir nos photos… Nous étions très concentrées!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette expérience a été vraiment enrichissante parce que nous avons eu l’opportunité de rechercher, reproduire et partager un peu de l’histoire de nos pays et des croyances de nos origines. De plus, cela nous a permis de connaître celles de nos nouveaux camarades.

Ensuite, avec l’aide de Anne et Cécile, nous avons utilisé un outil gratuit en ligne qui s’appelle Superlame. Avec cet outil et les photos prises, nous avons fini l’atelier en créant des drôles de bandes dessinées.

 

 

 C’était un bon moment! Nous avons appris plein de choses intéressantes!

🙂

 

 Le drapeau des Comores est un drapeau qui est composé de 5 couleurs et chaque couleur a une signification particulière. En fait, chacune d’elles représentent l’une des 4 îles qui composent l’archipel.

Le bleu représente les grandes Comores ; le rouge représente Angouan (c’est un archipel-Etat des Comores) ; le blanc représente Mayotte ; le jaune représente Mohel, (c’est une île-Etat des Comores). Enfin, le vert représente l’islam. Les 4 étoiles représentent les 4 îles de l’archipel  des Comores.

Les îles Comoriennes forment un État fédéral, ce qui fait que cet État est bâti à partir de quatre états autonomes.

BELLE ANNÉE 2018!!!!!

Par défaut

Pour cette nouvelle année, nous vous souhaitons

une bonne santé et du bonheur!

 

Feliz año nuevo! Mutlu yıllar! Vitin e ri të lumtur! Efefe mbou mia bese !

 

Bon courage pour atteindre vos objectifs et…

maintenir vos bonnes résolutions!!

 

 

Nos résolutions pour 2018 :

 

 

Arianne :

Je voudrais arrêter le sucre.

 

Ömer :

Je voudrais bien apprendre le français.

 

 

Fatoumia :

 

  Je voudrais apprendre le français pour bien parler et oublier les tracasseries.

 

 

 

 

Anxhela :

Je veux apprendre le français et passer mon Master de Chimie.

Nouvelle année, nouveaux projets!

Par défaut

Pour la 3e année consécutive, l’atelier blog fait sa rentrée avec deux nouvelles bénévoles : Cécile et Floria!

 

Nous vous proposons de découvrir les membres de l’atelier à travers les portraits chinois qu’ils ont faits sur la 1è séance.

Nous avons réalisé ces portraits chinois avec le logiciel libre :  Framindmap

Allez explorer c’est gratuit et facile à faire!

Chaque participant a choisi d’illustrer et de justifier certains thèmes de son portrait.

Les illustrations ont été trouvées sur Pixabay qui est une base de données d’images et de vidéos libres de droits.

Voici leurs présentations. Pour les plus curieux cliquez sur les images pour avoir accès aux cartes mentales!

 


 

CECILE :

Si j’étais un élément je serais l’air, comme cela je pourrais flotter partout et permettre au monde de respirer et donc de vivre!!
Si vous voulez en savoir plus sur moi, cliquez sur l’image!

FLORIA :

Si j’étais un nombre je serais le 42 (quarante-deux). Ce nombre fait référence au livre « H2G2 : le guide du voyageur intergalactique » et à son adaptation cinématographique. C’est un mélange de science-fiction et d’humour.

 

 

LUCINE :

Si j’étais un animal je serais un oiseau donc je pourrais voler où je veux 🙂 Et si j’étais un élément je serais le feu, comme cela je pourrais réchauffer le monde. Si j’étais un plat je serais des lasagnes parce que  c’est délicieux. Si j’étais une pièce de la maison je serais un salon parce que toute la famille peut s’y réunir.

 

 

 

SILVIO :

Si j’étais un animal je serais un aigle, parce qu’il peut voler plus haut et voir tout le nature.

 

 

 

HOSSEYN :

Si j’étais un moyen de transport je serais un scooter parce que c’est plus petit qu’une voiture et plus rapide en ville.

 

 

ALI:

Je choisis d’être un cheval parce qu’ il court  toujours  plus vite, aussi il est plus cher. Si j’étais  une couleur je préfèrerais le blanc car il donne le bonheur. Je choisirais la France parce que je l’aime.

Je voudrais aussi être un train parce qu’il peut transporter plusieurs  personnes à la fois.

 

ARIANNE:

Si j’étais un objet de la maison je serais un livre, parce que comme ça je pourrais être fontaine des connaissances pour les personnes.

OMER 

Si j’étais un nombre je serais le zéro, parce que le zéro est très humble. Si j’étais une pièce de la maison je serais le salon, parce que le salon rassemble tout le monde.

Papy:

Si j’étais une couleur, je serais le blanc parce que ce dernier symbolise la paix.  Si j’étais un animal, je serais une colombe parce qu’elle représente l’Esprit Saint. Si j’étais un moyen de transport, je serais un train Oui go, ainsi, je serais préféré de tous parce que je ne coûte pas cher. Et si j’étais un plat, je serais un trois pièces, pour que les gens soient rassasiés. Je serais 33 comme nombre parce que tout le monde me glorifierait étant » l’homme de 33 ans ». Si j’étais un objet de la maison, je serais une télévision parce que tout le monde me regarderait tous les jours. Si j’étais une pièce de la maison, je serais une chambre parce que tout le monde adore. Si j’étais un pays, je serais la France parce qu’elle assure la protection des gens en danger. Et enfin, si je changeais de prénom, je m’appellerais Noël parce que je serais connu de tous.

 

PRISCA

Si j’étais un animal, je serais la lionne comme ça je pourrais défendre tout le monde contre toutes les personnes malintentionnées de la terre, tout comme une lionne qui défend ses enfants. Si j’étais un pays, je serais la France comme ça toute ma famille serait en sécurité loin de de toutes les violences de la terre. Si je changeais de nom, je m’appellerais ZARA comme ça je pourrais tout recommencer à zéro et redevenir une femme très forte et intelligente .

 

 

 

Voyage jusqu’à la bibliothèque du Triangle

Par défaut

Pour la dernière Animation d’Ici et d’Ailleurs, nous sommes allés à la bibliothèque du Triangle et nous avons regardé le documentaire « Souviens toi de mon quartier » sur l’histoire du quartier du Blosne. Avant dans le quartier du Blosne il n’y avait pas des maison, il y avait des fermes, c’était la campagne.

SAM_6319SAM_6320

Le documentaire était de 30 minutes, mais nous avons eu beaucoup d’informations sur le quartier du Blosne grâce aux enfants du quartier et aux réalisateurs de l’association Zéro de Conduite. Vous pouvez le regarder gratuitement sur Dailymotion.

Nous avons apprécié  le voyage !

Merci beaucoup Anne et Sandra !

Nourddine, Mazin et Waleed

 

 

L’histoire ordinaire de Valeria

Par défaut

Aujourd’hui, vous pouvez lire un peu de l’histoire de Valeria Wanda qui vient apprendre le français à Carrefour 18. Le 21 juin, c’est la fête de la musique. Elle va chanter Place du Parlement à 19h15 avec Nova Banda – Tributo Tom Jobin et ensuite Place Saint Germain avec le Forro des Vallons à 20h30.

10299523_709015182499826_290273094090174781_n

J’ai rencontré en septembre 2016 Chris Leray un poète français à l’Espace Nomade à la MJC Bréquigny.

Je chantais à l’Espace Nomade et lui m’a invité pour participer au festival Sevenadur en mars 2017 au bar Ty Ana sur la place Sainte Anne.

J’ai chanté et parlé poésie avec Chris Leray. Après, il m’a invité à faire un article sur la page histoiresordinaires.fr sur ma vie de ma naissance à aujourd’hui. Comment je vis, comment je travaille dans la culture populaire comme chanteuse avec le Forro des Vallons, qui est un groupe français, et avec le groupe Valeria Nova Banda.

Actuellement je suis super contente de faire partie du groupe et de connaître des personnes qui m’ouvrent des portes, comme Michel du journal Ouest-France qui m’a donné l’opportunité de publier un article sur le webzine histoiresordinaires.fr

 

Quarante ans c’est 40 ans, c’est bien ça !?

Par défaut

Le 4 avril 2017 nous étions ensemble pour fêter l’anniversaire de Carrefour 18, et il y avait beaucoup de gens de toute nationalité et tout âge.

Nous avons passé un moment très chaleureux.

J’ai aimé participer à toutes les activités, écouter les histoires de Carrefour 18 avec humour et voir des images du début de la construction du Centre.

La musique et toutes les animations étaient très agréables.

Pour moi ça a été aussi un moment de réflexion où j’ai imaginé un monde comme le Carrefour 18, où tous les gens de toute nationalité, langue, religion, âge, statut social etc , pourraient habiter ensemble et heureux.

«AGISSEZ ENVERS LES AUTRES

COMME VOUS AIMERIEZ QU’ON AGISSE ENVERS VOUS »

  confucius-ses-meilleures-citations

Confucius, philosophe chinois, né en 551 av. J-C

Si j’avais 40 ans comme Carrefour 18…

Par défaut

Si j’étais C18, tout le monde se poserait beaucoup de questions sur ma personnalité:

Qui es-tu C18?  Je suis un centre social rennais.

Tu existes  depuis quand?  J’existe depuis le 4 Avril 1977.

Pourquoi C18?  C’est parce que je me situe au 18è carrefour selon la plan de la ville de Rennes au croisement de la rue d’Espagne et celle de Châtillon.

WP_20170404_014

 

Si j’avais 40 ans comme C18*, j’organiserais des fêtes de grande ampleur  comme celle qui s’est passée le 4 Avril 2017.

Si on m’attribuait l’âge de C18, avec plaisir je le voudrais bel et bien. Pourquoi? Parce que les gens viendraient chaque 4 Avril célébrer mon anniversaire, ils s’y retrouveraient les uns les autres. J’aurais aussi mon lieu d’accueil et ma cafétéria que je ne nommerais pas autrement que CARREFOUR DU MONDEEEEEEEEEEEEE.

Si j’étais C18, avec son accueil, sa solidarité et surtout l’ambiance des personnels, des habitants du quartier, des bénévoles et l’ampleur de ses ateliers comme Parlons Français, l’atelier Blog d’Ordilangue, l’Espace lecture, la halte garderie, l’accompagnement à la scolarité, l’atelier peinture, l’atelier couture et les autres, je regrouperais chaque 4 Avril les différentes origines chez moi.

Si j’avais 40 ans comme C18, et si j’avais reçu autant de cadeaux dans ma vie, je vous présenterais tous les ans un sapin de 6m de hauteurrrrrrrrrrrr.

Si j’étais C18, je vous raconterais l’histoire de ma Minette, de ma toiture passoire, pourquoi j’avais poussé les gens à faire des pétitions, de mes poutres métalliques, de ma hauteur dans le hall, de mes noms de salles etc.

—————————————————

* C18 signifie Carrefour 18